Age d'Or de France Culture - Loisirs - Contes
Age d'Or de France Culture - Loisirs - Contes - Activités

Activités Culturelles et de Loisirs Formations Contes ouvertes à tous en journée Interventions de nos Conteurs en Ile de France, auprès de tous publics

Ralph Nataf : lectures itinérantes au Cambodge

Seconde boucle : Kompong Cham

Seconde boucle : Kompong Cham

Pour la seconde boucle : je suis parti seul à vélo sur les routes, Brigitte prenant le car, et m’attendant sagement à Kampong Cham (route de l’est du pays). Je n’ai donc pas de photo de tout ce trajet. Seulement les mots pour le dire.

La première partie de ce parcours : de Phnom Penh à Kampong Cham s’est révélée très sportive. De la piste tout au long du trajet, avec des endroits très accidentés. Lors des grosses averses, je me réfugiais dans les gargottes que je trouvais. Dans l’une d’elle, je me suis protégé si longtemps, que j’ai pu faire ne animation presque entière pour un groupe de tous âges : enfants, adolescents et même quelques adultes.

Avec un jour et demi de pluie, (le fameux jour de pluie mensuel de la saison sèche) la latérite du chemin devenait une boue de plus en plus compacte, qui m’a fait chutter plusieurs fois, et qui immobilisait de plus en plus mon vélo. En fin de journée, crotté jusqu’aux oreilles, j’ai fini par trouver refuge dans une sorte de petit hangar à foin, au coeur d’un hameau loin de toute Guest House où dormir. N’osant pas demander aux maisons un abri pour la nuit, je m’apprêtais à passer la nuit dans le foin, quand j’ai eu l’idée de jouer de la Flute pour signaler ma présence. Des enfants sont venus, et restant debouts sous la pluie, il m’écoutaient de l’autre côté du petit fossé qui séparait le hangar à foin de la piste de latérite. Voyant qu’au bout de trois morceaux de musique, ils restaient là à m’écouter, je leur ai lu en Khmer : Loup (de Olivier Douzou), puis Nage Petit Poisson (de Altan), puis Beaucoup de beaux bébés. Quand la lumière s’est mise à décliner d’un coup, j’ai continué par l’histoire à Doigts : Neuw Leu Vearlsmaw Ming Kniom (dans le pré de ma tante), puis encore quelques morceaux de flûtes, d’harmonica, et même la chanson avec percussion corporelle : Le petit Lucas (en francais dans le texte).

La scène donc que je garde comme l’un des moments forts d’animation : moi, crotté de boue, assis dans le foin, lisant, jouant de la musique, racontant... de l’autre côté du fossé, les enfants debouts sous la pluie fine inintérompue (style crachin), qui m’écoutent et regardent les images. Par moments des adultes venaient assister, puis repartaient. Jusqu’à ce qu’une femme, qui s’est révélée être enseignante, m’invite à dormir dans sa maison avec sa famille. Peut-être que de me voir lire des livres aux enfants et leur jouer de la musique l’aura mise en confiance.

À Kampong Cham, on peut voit les photos des deux animations que nous avons données : l’une pour la bibliothèque du réseau du Sipar, l’autre, en impromptue sur une rive du Mékong. En prime, une photo du couché de soleil sur le Mékong. 728 à 851.

Après avoir repris mes forces pendant 3 jours à Kampong Cham, je me suis remis en route sur la piste vers Chhlong.Brigitte m’a accompagné sur une vingtaine de Km. Peu après qu’elle ne fasse demi-tour et me laisse seul, je suis hellé en francais par un ancien directeur d’école qui m’invite à venir m’asseoir. Ils étaient un petit groupe d’adultes, dont il était le seul à parler francais. Je leur ai joué quelques airs, et lu quelques livres. Zoom, ce beau livre sans texte, de Itsvan Banyai, qui fait voyager d’une dimension à l’autre en faisant un zoom arrière vertigineux, les a fascinés. J’ai failli repartir marié, car l’une des femmes, quand elle a appris mon âge, a voulu me caser sa copine.

Je pensais faire ce jour-là, sans trop de difficulté les 73 km qui me séparaient de Chhlong, et dormir tranquillement dans une Guest House . Surtout que le beau temps de saison était revenu. Mais les cahos du chemin se sont révélés des ralentisseurs puissants. Et j’ai du manger le midi chez quelqu’une, qui pour quelques centaines de Riels m’a fait deux plats de nouilles chinoises avec un peu de viande, et comme de nombreux enfants étaient venus voir cet étrange étranger que j’étais, en attendant que chaque plat cuise, puis refroidisse un peu, je leur ai fait, par morceaux, une bonne partie de l’animation.

Le soir, j’étais encore à 20 km de Chhlong. Un marchand de téléphones (un commerces très répendu au Cambodge), m’invite à dormir chez lui, et me fait manger dans le café du coin... un plat de nouilles chinoises. Comme des enfants étaient là, j’ai fait une animation d’une vingtaine de minutes.

Arrivé le lendemain matin à Chhlong, j’ai donné dans l’après-midi, une animation très classique pour la bibliothèque de l’école publique, du réseau du Sipar. pas de photos.

 « Passent les jours, passent les nuits », dans : La Chenille, à la Bilbliothèque de l'école publique de Kompong Cham Nage petit poisson, dans un village de pêcheurs, sur les rives du Mekong. un petit air de flûte pour une jolie pair d'oreilles. « Vear Angkouy Leu Mektchoeu Mouoy » (« elle s'assied sur une branche ») dans l'Histoire à Doigts (HàD) Mais la vache était rusée. Je me paie le plaisir de lire en entier à une femme qui a suspendu son parcours de vélo, Mirn Tirok Saat Saat Tchir Tchiran (Beaucoup de beaux bébés) lecture silencieuse de La petite Marionnette.

Portefolio


Age d’Or de France - 35 rue de Lyon - 75012 Paris - Métro Gare de Lyon ou Bastille
Tél. : 01.53.24.67.40 - agedor@agedordefrance.com

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0